UNPACK: Le Défi des PFAS pour une Eau Potable Sans Compromis sur la Qualité et la Traçabilité »

La triple sécurité de la réserve d'eau potable UNPACK de 1000 litres

Le Défi des PFAS.

À l’ère où la conscience environnementale guide nos choix, la question des substances toxiques éternelles (PFAS) dans les conteneurs et réservoirs en plastique recyclé suscite des préoccupations légitimes. Chez UNPACK le défi des PFAS , concerne des mesures significatives pour offrir une alternative fiable et sûre, particulièrement dans notre dernière innovation : les réserves d’eau potable de 1000 litres.

Les PFAS, substances toxiques éternelles présentes dans de nombreux produits plastiques, soulèvent des inquiétudes quant à leur impact sur la santé et l’environnement. Dans notre dernier article, nous explorons en profondeur les origines de ces composés et les risques potentiels qu’ils posent lorsqu’ils sont utilisés dans des contenants alimentaires, tels que les réservoirs d’eau de pluie.

Les substances toxiques éternelles : Article complet sur le défi du plastique recyclé.

La Complexité du Recyclage :

Notre solution de 1000 litres repose sur une approche éco-conception, privilégiant des matériaux homologués et une sobriété des produits. UNPACK s’engage à offrir des solutions durables sans compromis sur la qualité, apportant une tranquillité d’esprit à ceux qui recherchent une réserve d’eau potable fiable et responsable.

L’Engagement envers la Santé et la Durabilité.

Notre solution de réserve d’eau potable de 1000 litres repose sur une approche éco-conception, privilégiant des matériaux homologués et une sobriété des produits. UNPACK s’engage à offrir des solutions durables sans compromis sur la qualité, apportant une tranquillité d’esprit à ceux qui recherchent une réserve d’eau potable fiable et responsable.

Face aux défis liés aux plastiques recyclés et aux préoccupations croissantes liées aux PFAS, UNPACK se positionne comme la réponse inébranlable. Nous croyons en la création de produits durables, sûrs et respectueux de l’environnement. Faites le choix de la qualité avec UNPACK et vous aurez une eau potable sans compromis .

Le réservoir d’eau UNPACK, il ne bassine personne.

L’idée d’un réservoir d’eau fait son chemin et il devient un incontournable. L’état et les acteurs de l’adaptation au changement climatique en Sécheresse la communication se construit

Le site officiel du BRGM communique quotidiennement sur l’état des nappes phréatiques qui a fin Aout sont à plus de 60% en dessous de la normale. Ce site est une référence. Cela peut éviter de se fier aux informations sensationnelles de réseaux sociaux intéressés, mais surtout ce site permet d’anticiper.

Un constat s’impose, depuis Aout 2022 à fin Juin 2023, l’idée que l’eau devienne un manque récurrent (avec des restrictions à fortes conséquences) c’est installée. Cette analyse conduit au plan eau du ministère concerné. Le réservoir d’eau sous toute ses formes est la solution la plus simple . Ce n’est pas un interdit ou une limitation d’usage mais une orientation à agir avant la contrainte

D’autant que  des Giga bassines sont venues agrémentées l’immédiat de l’information des 20 heures en Avril 23. Mais l’humain est très sensible à l’actualité. Aussi des températures fraiches jusqu’à mi-Aout sont moins des thèmes qui incitent à la prévention et à la préservation de la ressource.

L’eau n’est pas un sujet anecdotique, un pays comme la Belgique est en stress Hydrique important (Source : World Ressources Institutes. La ressource plus rare est trés fortement utilisé par l’industrie.

Des particuliers avertis se sont un peu plus emparés du sujet du réservoir d’eau. Mieux encore, des collectivités attentives déjà par le compostage se sont mise en action pour faciliter l’accés à des moyens de récupération d’eau de pluie.

UNPACK met à disposition une solution de réservoir d’eau simple , rapide à transporter et assembler . Mais avant tout cette cuve est une solution très économe en matiére tout en étant durable et réparable sans outil. Par ailleurs un des agréments tout aussi simple est son habillage très esthétique. Sans communication tape à l’œil, les cuves UNPACK sont retenues par nos clients qui en font la promotion.

Le récupérateur d’eau de pluie UNPACK anticipe l’enjeu des sécheresses!

Les pluies de printemps servent à anticiper cet enjeu pour tous les types de plantation. Le récupérateur d’eau de pluie assure cette fonction de régulation pour ces pluies saisonnières. Mais aussi pour capter les pluies intenses et ponctuelles des orages.

Or déjà des faits d’actualités annoncent un été 2022 avec des sécheresses installées dans de nombreux départements. Même la précocité des chaleurs hors normes est présente sur l’hexagone. Certains experts parlent d’une sécheresse historique qui aura un effet sur la production des denrées alimentaires et s’ajoutera aux prix déjà élevés.

Est-ce encore possible de faire vivre un jardin ou un potager dans une région avec peu de pluie alors que ce sont des zones dans lesquelles le niveau de pluie annuel est habituellement élevé : La part de sécurité alimentaire qui y est liée devient alors une grande inquiétude !

L’eau potable disponible a d’abord une fonction sanitaire et d’alimentation humaine, ce qui est vital. Or, seulement 3% de l’eau présente sur terre est une eau potable. Les zones en cours d’aridification avec de l’eau utilisable, mais en très grande profondeur, augmentent déjà en Espagne. Le rapport du Giec est précis sur les conséquences pour le sud de la France. Les sécheresses vont aller en augmentant.

Adapter sa gestion de l’eau est possible et responsable

Des solutions simples sont connues pour protéger les sols de l’évaporation, comme le paillage. La distribution de la ressource d’eau par infiltration lente est une technique développée dans bien des zones méditerranéennes avec les Oyas, mais faut-il avoir de l’eau disponible. Quand la sécheresse s’installe, ce sont la quantité des récoltes alimentaires qui deviennent un enjeu face au prix des fruits et légumes touchés par l’inflation.

Mais en milieu urbain, cette ressource est négligée voire est une grande gêne. Mais c’est avant tout une richesse immense !

Outre l’effet régulateur de la température, c’est une ressource considérable pour s’adapter aux conséquences des sécheresses. L’eau  du réseau public qui est potable se réserve à des besoins stricts de consommation, d’hygiène et de sécurité.

Des actions simples, des impacts responsables pour l’humain et la collectivité : des récupérateurs d’eau de pluie UNPACK !

Installation d' une cuve eau de pluie UNPACK sous pluviale dans un jardin partagé à Lyon
Installation d’un récupérateur d’eau de pluie UNPACK au « Vert Luizet » commune de Villeurbanne ( 69100)

Les jardins partagés, familiaux ou communautaires commencent à s’équiper pour prendre possession d’une part la plus importante. Ils s’équipent de volumes de plus en plus grand et le récupérateur d’eau de pluie de 1000 litres devient un standard (exemple d’un des jardins partagés historique de Lyon « Le Vert Luizet »). Cependant les collectivités ou bailleurs sociaux restent encore en retrait pour favoriser cet essor. Les produits disponibles sont souvent très peu écoresponsables à leurs yeux. Sur des zones à forte concentration urbaine, la collecte en volume doit être proportionnelle aux besoins. Donc des plus gros volumes de récupération sont nécessaires tout en restant discrets et paysagés avec un très  faible entretien. Une attention toute particulière sera nécessaire pour ces produits afin de lutter contre le développement des larves de moustiques.

Les références de ces récupérateurs d’eau de pluie pas chers et faciles à installer sont disponibles. Ils apportent de réels impacts pour l’éco-responsabilité mais aussi pour l’ensemble des Objectifs de Développements Durables (ODD).

Des impacts ce sont des réservoirs UNPACK de 1000 litres qui ont ce pouvoir d’action concret. Deux réservoirs UNPACK adossés à un cabanon de 12 m2 (à 2 pentes), peuvent collecter en moyenne 6 m3 d’eau de pluie. Et rien n’interdit de les rendre paysagers à peu de frais !

Le récupérateur d’eau en plastique: réduire cette matière pour des jardins plus responsables!

La raison et la pression médiatique poussent à dire : « OUI, il le faut ! »

Une tache de grande ampleur avec des couts financiers nous attend. Pourquoi? Une action est-elle possible? Oui, mais laquelle?

Jardins familiaux dans le Vaucluse: Des cuves IBC/GRV comme autant d’histoires industrielles pour de l’eau

Un des matériels le plus commun dans un jardin est la cuve, qu’elle soit un simple réservoir d’appoint  (généralement un fut bleu tronqué) ou un récupérateur d’eau de pluie. Or depuis 25 ans, ces cuves sont à 95% en plastique.

Les chiffres sont parlants car ils donnent l’ampleur de la présence de ces produits dispersés dans le domaine public ou privé. L’INSEE  recense 17 millions de jardins adossés à des résidences. Les associations nationales référentes de Jardins Familiaux et Collectifs (par exemple FNJFC et CNJCF) indiquent que le nombre de jardins gérés est de 200 000 (en 2019) avec statistiquement une moyenne de 20 lots ou parcelles par jardin collectif.

La France serait donc une terre riche de 21 millions de parcelles où le végétal peut se développer. Comme l’on trouve en moyenne 20% de parcelles avec un récupérateur d’eau en plastique, il existe donc 4 millions de réservoirs de 200 à 1200 litres. Quel énorme stock pour la France. Or dans 90% des cas ce sont des réservoirs en plastique de type PP ou PEHD. Or ces cuves ont pour la plus grande partie déjà servi, c’est donc un réemploi vertueux !

Il s’agit au minimum de 20 000 tonnes de plastique d’emballage qui ont  déjà produit  40 000 tonnes de CO2. C’est colossal même si cela s’étale sur plusieurs années.

Que  peut-on faire maintenant  d’un récupérateur d’eau en plastique ?

Ces réservoirs peuvent être de nouveau, récupérés, collectés puis transportés, ensuite triés, lavés et déchiquetés pour devenir des granulés de plastique.  Mais c’est là une belle histoire.  Ce sont des emballages impossible à réintroduire en déchetterie publique par l’utilisateur, surtout si ce sont des IBC/GRV de 1000 litres. A eux seuls ce sont des déchets . Des professionnels experts évaluent leur part à 500 000 unités soit 10 000 tonnes de plastique. Donc eux seuls ont contribué à 20 000 tonnes de CO2. Et surtout leur part ne cesse d’augmenter avec la vente sur des réseaux peut soucieux de la traçabilité. Ces chiffres sont sous-estimés vu le nombre considérable de ces conteneurs qui se retrouvent  à demeure dans la nature.

Ces IBC/GRV sont des emballages, la récupération est donc prévue  par un  Ecolabel?

Les industriels fabricants d’emballages – dont la récupération de leurs produits relève de leur responsabilité – doivent avoir une solution avec leur LIFE CYCLE SERVICE. C’est la seule option avec une collecte spécialisée. Elle est nécessaire pour ces produits qui pèsent 50 kg l’unité et ne peuvent se manutentionner à la main. En effet la contrepartie de la collecte et ses couts, se trouvera dans le gain de la matière recyclée et vendue pour réaliser de nouveaux produits.

Pourquoi n’y-a-t-il pas de recyclage des conteneurs IBC/GRV utilisés dans les jardins et qui sont en fin de vie?

Car avant d’obtenir des granulés ré employables avec des emballages aussi vieux, de très nombreux travaux sont à réaliser. Les couches internes de déchets végétaux sont à décaper mécaniquement, des cages  en acier déformées et rouillées à désassembler manuellement. De très nombreuses heures de démontage, de  tri et de lavage à très haute pression seront nécessaires. Or comme les cages acier ont mal vieilli, elles ne seront pas ré-employables . Pour ce qui est du PEHD, l’action des UV ,les peintures de masquage, les trop-pleins métalliques à démonter etc. vont rendre le temps technique beaucoup trop cher pour l’industriel . La conclusion sera le broyage grossier des conteneurs IBC/GRV plastique pour une destruction vers un incinérateur de cimenterie.

Le cycle vertueux des IBC/GRV s’arrête. La fin de vie est lourde en empreinte carbone additionnelle sans nouvel usage de la matière plastique. La peur de ces déchets s’installe, à ce jour il n’y a pas aucune proposition de  récupération !

Quel récupérateur d’eau en plastique existe  face à ces besoin de transition plus responsables pour les parties prenantes des jardins?

Il faut traiter l’existant qui sera des déchets, mais avant tout ne pas accroitre cette situation au travers des besoins croissants de récupérateur d’eau en plastique. Le citoyen comprend que l’eau potable sera limitée aux usages vitaux. Il faut donc stocker la ressource naturelle de l’eau de pluie pour tous les nouveaux jardins créés. Par ailleurs  l’équipement des résidences secondaires se développe en  PACA et Occitanie , régions qui seront touchées par la répétition des sécheresses. Les conclusions du rapport du GIEC en donne toute l’importance.

Ces contraintes exacerbées par le besoin de sécurité  en ressource d’eau donnent en moyenne une croissance de 5 % par an. Ce seront 200.000 récupérateurs d’eau en plastique par an de tout type qui seront  des déchets pour les générations futures défigureront souvent le paysage.

La solution de cuve 1000 litres UNPACK permet de s’affranchir  de toutes les contraintes.

Ce récupérateur d’eau est produit avec 80% de plastique en moins . Cette matière est utilisée exclusivement pour le besoin de réserve d’eau étanche, alimentaire et à petit prix. Il se place dans un espace réduit pour une installation   sans contrainte  ni de transport ni de manutention. L’ empreinte carbone est réduite de 85%  avec un recyclage évident des 2.3 kg de plastique en déchèterie agréée . En complément une esthétique pour un environnement végétalisé et donc apporte un agrément visuel.

Récupérateur d'eau UNPACK adapté à des jardins familiaux dans le Vaucluse. Une cuve avec 85% d'empreinte carbone en moins
Jardins dans le Vaucluse: Cuve 1000 litres UNPACK , moins de plastique et de l’esthétique en plus (Vue adaptée)

Collecter les eaux de pluie, utile et bien plus!

Collecter les eaux de pluie en zone urbaine ,un fondamental de qualité et de sécurité
Collecteur d’eaux de ruissellement Rue historique du Château de Grimaud (84310)

Collecter les eaux de pluie, une action de citoyen du monde!

Collecter les eaux de pluie des toitures ou de ruissellement au sol est une action qui devient encore plus un acte à fort impact pour la qualité de vie . Cette attitude agit sur de nombreux facteurs qui ne sont pas que la part de l’autonomie alimentaire par l’usage de l’eau pour l’arrosage des cultures. Cela contribue à la sécurité d’autrui et préserve la qualité de cette richesse.

Aussi, collecter les eaux de pluie et les stocker peut devenir une action simple, rapide et efficace . En conséquence, nos réactions de citoyens, d’élus ou d’industriels face à des enjeux toujours plus mise au devant de l’actualité deviennent nécessaires et utiles à tous.

Le récent rapport du GIEC nous en apporte tout le sens et l’importance d’agir vite. Ce type d’études approfondies ne va pas intéresser un grand nombre des citoyens. Des médias ont titrés sur l’état de la planète en matière de changement climatique et sur les prévisions à 30 ans. Ils utilisent l’emphase pour l’urgence d’actions. Un nombre important de celles-ci à l’échelle des états sont présentent dans ce rapport pour guider les décideurs. Cependant elles relèvent d’ orientations, de directives à prendre, de règlements ou lois à faire appliquer ou voter. Le citoyen responsable n’a pas à attendre ces injonctions qui entretiennent sa passivité. La sagesse peut nous éclairer :

Quand un homme à faim, il vaut mieux lui apprendre à pécher, que de lui donner du poisson.

Confucius

Enjeux éducatifs et sociétaux du bon usage de l’eau

Certes l’usage de l’énergie fossile sources de GES (Gaz à Effet de Serre)mais aussi de l’émancipation de l’homme doit s’adapter au contexte du réchauffement climatique. Mais l’éducation à la connaissance du cycle de l’eau est un fondamental tout autant que les sciences physiques, les langues ou l’éducation sportive. L’eau issue de la pluie est un de ces éléments simples à enseigner dans tous ses différents aspects, ceci afin de rendre évident de nombreux comportements d’adulte responsable .

Des moyens de base peuvent faciliter la bonne quantité , la bonne qualité et un bon renouvellement de l’eau de pluie. Les solutions collectives ou individuelles sont à l’ échelle de ce chacun peut développer, décider ou réaliser.

Par sa nature l’eau de pluie possède une qualité parfaite ce qui permet de l’utiliser pour un stockage individuel sans autre artifice avec des cuves 1000 litres UNPACK® . D’un point de vue de la collectivité et par collecte elle peut largement contribuer à des usages de lutte contre l’incendie , d’irrigation étagée , de noues d’infiltration ou de marres d’abreuvage. Cependant comme elle peut tout simplement se diriger vers la mer, chacun par civisme peut contribuer comme à Grimaud ou Collioure. Cette éducation au respect de ce qu’une pollution peut engendrer, cela donne des bons résultats ( article France Bleu).

Chaque usage a son développement de moyens adaptés. Le jardinier peut collecter les eaux de pluie et utiliser la cuve 1000 litres UNPACK® comme récupérateur d’eau de pluie. Les jardins potagers, nos communes et villes à végétaliser sont autant de lieux ou de nouveaux système de réserves d’eau qui vont devoir s’installer pour des usages ponctuels ou d’agréments .

Agir pour anticiper l’intensification du cycle de l’eau : GIEC 2021

Comme le rapport du GIEC l’indique le cycle de l’eau sera encore plus modifié, particulièrement en défaveur de l’Europe de L’Ouest et plus encore pour le pourtour méditerranéen. Moins de précipitations et surtout une perte d’humidité des sols plus rapide sont d’ importantes conséquences à anticiper.

Du plus simple et économique comme la cuve 1000 litres UNPACK® au plus complexe comme un bassin d’orage, il est important de développer des réflexes d’usages et de sauvegarde de l’eau. L’humanité a pu se développer sans énergie fossile mais pas sans eau.

UNPACK® offre des options de montage technique de système en série horizontale ou d’assemblage gerbé. La conception brevetée pour l’usage en tant que conteneur industriel testé permet des économies de place très conséquentes mais surtout une garantie de sécurité .

Collecter l'eau de pluie, Un montage XXL pour immeuble résidentiel à Bordeaux
Installation de 8 cuves UNPACK Résidence les Aubiers à Bordeaux Maritime pour collecter les eaux de pluie sur un toit terrasse d’immeuble

Une cuve d’eau de pluie pourquoi faire?

La cuve d’eau de pluie est-ce utile ?

Les pluies exceptionnelles de mai 2021 sont une illusion d’une information instantanée. La cuve d’eau de pluie est évidente car la fin des sécheresses n’est pas annoncées! La quantité d’eau issue de la pluie se mesure dans la durée en accumulation et comparaison sur plusieurs années.

POURQUOI?

Il y a moins de pluie si l’on considère l’étalement dans le temps et aussi moins de pluie bienfaisante  même s’il pleut abondamment et de façon « épisodique » !

Car il y aura moins d’eau dans les lacs, étangs, rivières et fleuves (Exemple du Rhône)

Et la consommation d’eau croit pour satisfaire les populations en augmentation qui associe l’eau, dans une grande majorité de pays occidentaux, à une richesse publique illimitée.

Les faits sont là, la capacité à répondre aux besoins n’est plus présente tout au long de l’année !

Donc il y a des conséquences!

En premier lieu, pour recycler et  traiter trop d quantité d’eaux usées, le prix facturé de l’eau du robinet a augmenté de 10% en 10 ans soit 4€/m3. Mais les analystes financiers ne s’y trompent pas : ce prix va augmenter de plus de 25% d’ici 2030 !

Déjà des organismes travaillent à mieux gérer cette ressource et un plan pluriannuel auquel chacun peut participer encore quelques semaines est à l’œuvre par les collectivités locales en charge du dossier .

Cependant cela n’est pas suffisant car l’action publique est parfois lente ou contrariée.

Il est nécessaire que chacun, avec ses moyens s’empare au plus vite de sa plus grande richesse  « ignorée » !

L’eau nous accompagne au quotidien et de nombreuses actions peuvent en limiter le gâchis et favoriser le bon usage avec une cuve d’eau de pluie. Le plus simple étant de réserver son emploi en fonction de sa provenance, eau  de source, eau potable distribuée, eau de pluie, eau usée en réemploi.

De nombreux sites proposent des actions de réduction des gaspillages mais avant tout il s’agit d’eau potable distribuée qui effectivement est un bien  très rare pour beaucoup d’hommes sur terre.

Une cuve d’eau pluie est-ce la bonne solution à adopter?

L’humanité dispose d’une ressource gratuite, à capter, stocker pour l’utiliser plus tard, c’est l’eau de pluie. Une évidence accessible à chacun, d’autant si elle est disponible à proximité d’un besoin. La cuve d’eau de pluie prend tout son sens en tant que récupérateur d’eau de pluie !

Faut –il encore que le stockage soit facile, fiable, pas cher et propre  pour de  l’eau que des végétaux vont absorber. Car il s’agit seulement d’arroser un potager ou accessoirement des plantes et arbres d’ornement. Cet équipement doit être aisé à manutentionner, à installer  et  devenir esthétique.

UNPACK met à la portée de tous cet équipement écoresponsable avec un produit simple et pas cher. La cuve qui est la plus écologique du marché se recycle en poubelle de tri d’emballage ménager. Ses autres composants rigides sont garantis 15 ans pour un réusage et un sac de déchet est commun pour le recyclage en déchetterie

UNPACK a volontairement développé un produit sans le superflu mais avec l’indispensable pour pouvoir immédiatement répondre au besoin d’une ressource sans constance mais vitale .

Et pour aller plus loin ensemble!

Les pouvoirs publics et l’action de ses représentants ont ainsi inscrit une nouvelle obligation ,qui est cohérente dans le contexte décrit ci-dessus. La loi économie circulaire du 10 février 2020 inscrit une évidence de mise en place à partir de 2023 dans les constructions nouvelles d’une action pour limiter la consommation d’eau potable.

Mais en l’état, et sans attendre, rejoignez la communauté de centaines de citoyens responsables. Vous serez un acteur du sauvetage de dizaine de milliers de litres d’eau.

Contactez-nous pour un devis pour un récupérateur d’eau de pluie pas cher !

UNPACK la cuve d'eau qui s'habille
Cuve d’eau avec un habillage simple et pratique

Développement de jardins partagés ou familiaux!

Légumes régionaux de saison

Participation des collectivités territoriales pour le financement du développement de jardins partagés à hauteur de 80 %!

Le saviez-vous ?

Jardins en culture de printemps / Pierre Bénite (Rhône)

Votre activité associative requiert toujours l’équilibre dans sa trésorerie. Aussi, dès que des améliorations sont nécessaires, le financement du développement de jardins partagés deviennent un vrai casse-tête. Cela peut concerner un besoin de matériel, d’aménagement de parcelles, d’installation technique ou l’étude du sol d’une friche industrielle pour s’agrandir. Le Ministère de l’Agriculture retient un budget important de 30 Millions d’Euros dans le cadre du plan de relance suite à la crise sanitaire.

Toutes infos ici : Appel à projet pour les jardins partagés

Qui sont les structures concernées ?

Vous êtes le responsable et l’animateur d’une association de jardin, il vous reste quelques mois pour déposer votre dossier sur le site de la préfecture concernée. Voici  quelques liens régionaux en exemple :  

  • Occitanie (jusqu’à fin octobre 2021) : lien ici
  • Bretagne (jusqu’à fin septembre 2021) : lien ici
  • Ile de France ( jusqu’à fin septembre 2021) : lien ici
  • Auvergne Rhône-Alpes (jusqu’à fin juillet 2021) : lien ici
  • Provence Alpes Cote d’Azur (jusqu’à fin Juin 2021) : lien ici

Vous avez toujours de nouveaux projets pour vos jardins. Aussi ces subventions disponibles seulement pendant un an sont une opportunité. Parallèlement, le constat fait en 2020 d’un évident besoin d’accroitre dans nos régions la résilience alimentaire pour plus d’autonomie face à des crises.

Les responsables publics sensibilisés par des associations, les élus locaux et les media ont compris qu’une large part de la sécurité alimentaire provient de l’agriculture urbaine et péri-urbaine. Mais ceci est également issu de la prise de conscience de lutter contre le réchauffement climatique tout en favorisant le lien social.

Toute la démarche est accessible sur le site des DRAAF ci-dessus. Quelques éléments d’éligibilité sont nécessaires pour déposer votre projet, ils sont de type :

  • Le projet est –il en zone urbaine ou périurbaine avec plus de 3000 habitants
  • La proposition concerne de l’alimentation durable
  • Le projet peut regrouper plusieurs jardins mais avec une seule demande
  • La réalisation sera faite en un an après validation

Comment structurer le projet de développement de jardins partagés ?

Les budgets de développement de jardins partagés  par département sont limités, les premiers dépôts de dossiers auront plus de chance d’être retenus . Autant dire que les devis doivent s’appuyer sur du concret, les ambitions étant parfois déçues lorsque l’on aligne les chiffres d’un budget. Le président, ou trésorier, devra faire des choix.

Par ailleurs dès qu’il s’agit de devis couvrant une période de 3 à 6 mois entre le dépôt et le lancement des travaux, il faut imaginer que le fournisseur ne pourra maintenir son prix. Car en ce début de 2021, les pénuries de matières premières de toutes natures ont vu les prix augmentés. Par exemple, l’acier augmente de 40%, le plastique de 25%, et le bois de 15%. Autant dire qu’à l’issue d’une période pour un projet donné, la réalisation peut être revue à la baisse, la subvention étant fixe. Pour éviter des déceptions que faire ?

Quoi inclure dans le projet de développement de jardins partagés?

Pour certains équipements des choix plus écoresponsables offrent des opportunités. Ils sont moins utilisateurs de matières premières et sont beaucoup moins sensibles à la hausse des prix.

Autrement dit comment en faire plus avec moins dans le cadre d’une subvention fixée ?

Tout type de jardin est concerné par le besoin d’un réservoir d’eau. Outre le besoin d’arrosage au moment où il peut y avoir des restrictions d’eau courante, la cuve en elle-même devient un moyen de stockage en tant que récupérateur de l’eau de pluie. Plus le volume est grand plus la réserve sera longue à se vider. Mais les volumes habituels importants et disponibles que sont les cuves de 1000 litres cubiques de réemploi se font de plus en plus rares. Les sites marchands font des promotions mais les stocks sont systématiquement épuisés. Par ailleurs, le prix des récupérateurs en magasins de bricolage a déjà augmenté de 10% à 15% en 3 mois.

Le récupérateur d’eau de pluie est éligible à l’appel à projet pour l’amélioration de l’agriculture urbaine dans le cadre du développement de jardins partagés. UNPACK propose des produits qui sont bien moins sensibles à l’ampleur des hausses de prix en 2021.

Le concept breveté d’UNPACK fait appel à beaucoup moins de matières et de ressources. Les produits développés s’inscrivent dans une idée de rendre l’eau de pluie accessible à tous. Une cuve d’eau de pluie pliable et pas chère qui peut facilement être aménagée avec un simple habillage bois est la solution pour des budgets réduits.

Demandez-nous un devis pour des quantités groupées ou un besoin de 1 à 2 cuves à connecter.

Récupérateur d’eau de pluie: Le type de cuve peut-il être aussi un choix plus écologique?

Développement des jardins partagés, un récupérateur d’eau de pluie plus écologique pour limiter le changement climatique, est-ce possible?

Les jardins partagés sont des espaces naturels. Leurs développements sont souhaités et facilités par un financement pour l’action associative locale (France relance/ LyonCapitale). Avant tout, l’environnement doit y est adapté pour l’épanouissement des productions de fruits et légumes. L’empreinte carbone (Définition Novethic) y est très faible ce qui est une évidence. Ce résultat est appréciable au travers du soin des jardiniers pour leurs parcelles. Mais c’est aussi un équilibre qui compense les effets des gaz à effet de serre pour des activités individuelles dans d’autres domaines familiaux.

Cependant, dans un environnement si naturel, un récupérateur d’eau de pluie est commode mais pas si « écologique » que cela. Il est à l’opposé d’une contribution positive au changement climatique dans cet espace vertueux. Les récupérateurs d’eau de pluie sont en plastique dur. Pour 20 kg de cette matiére qui constitue un IBC de 1000 litres l’empreinte carbone est de 270 kg de CO2 ( ou d’empreinte carbone )en plus . Le jardinier ou le promeneur font le même constat : ce sont des solutions de commodités en plastique rigide sans agrément esthétique. On peut même y reconnaitre parfois la marque de la succursale d’une industrie chimique  ou l’ancien produit contenu tellement ils sont visibles !

Un choix forcé pour le jardinier !

Le réservoir de 1000 litres type IBC est à bien des égards très utile pour son volume. En outre, la palette généralement en bois permet de le hisser sur un support. A cet instant, il devient un totem industriel qui orne sans aucun agrément le cabanon en bois. Pour ce qui est des emballages de 200 litres en matière plastique bleue, une fois ouverts, ils peuvent être des réserves d’appoint. Leur poids permet de les déplacer facilement au sol et la matière est imputrescible. Par contre, les larves de moustiques adorent la surface libre de l’eau pour se développer. Donc ces conteneurs ont des avantages et de nombreuses contraintes.

Réservoirs d’eau offrant le gite aux larves de moustiques

A ce jour c’est donc un choix forcé pour le jardinier : le réservoir le plus grand pour le prix le plus réduit !
Est-ce à dire que tous les autres inconvénients de ces produits sont ignorés :

  • Absence de garantie qu’un réservoir recyclé n’ait été en contact avec des produits nocifs
  • Aucun transport facile ni livraison pratique avec une faible émission de C02
  • Pas de résistance au gel sans vidange hivernale
  • Nul habillage facile pour lutter contre la chaleur et le développement des algues
  • Pas d’agrément paysagé pour un environnement naturel
  • Pas de limitation du développement des moustiques
  • Des contraintes de destruction pour le recyclage avec un tri compliqué des matières
  • Peu d’écoconception à visée responsable

Budget serré et choix d’un type de récupérateur d’eau de pluie plus écologique : comment le jardinier peut agir ?

Un jardinier consciencieux peut décider d’acheter une cuve neuve. Cependant elle restera un emballage industriel dont l’empreinte écologique est énorme. Les sources des sites officiels établissent qu’un français produit 9,9 tonnes de CO2 par an. Un jardin partagé de 40 parcelles équipées de conteneur IBC sera donc un nouvel impact d’une année entière  de production d’un jardinier de ce gaz à effet de serre .  Il est admis pour tenir les engagements de limitation de la progression des températures à 1.5°c que cette empreinte carbone doit diminuer d’un facteur 2 pour 2030. Alors comment au sein des jardins apporter une autre contribution  à cette réduction?

Quelle solution simple, responsable, esthétique existe pour un environnement végétal et avec un coût raisonnable. La réflexion ne peut s’arrêter sur le tonneau en bois, il est idéalement écologique mais très cher pour un faible volume. Alors que peut-on imaginer ?

Une cuve 1000 litres simple, pas cher, pliable.

UNPACK® a pensé, conçu, développé et fabrique une solution innovante, sûre et économique, c’est une réserve d’eau de pluie de 1000 litres à visée plus écologique et écoresponsable.

La conception de la cuve 1000 litres  utilise les qualités indispensables du plastique  mais avec juste le nécessaire de 2.4kg de matière de qualité alimentaire, soit une diminution de 84% de plastique. Le réservoir présente une très grande facilité de montage et par un habillage facile et sobre, il se place de façon harmonieuse dans un environnement naturel que sont généralement les jardins.

Cuve 1000 litres démontable réparable et recyclable
Cuve 1000 litres habillée pour un environnement harmonieux

Le récupérateur d’eau de pluie plus écologique est d’un ré-usage évident et le recyclage est immédiat pour une valorisation en déchèterie si la concession des jardins n’est pas renouvelée. Cette option doit etre une réflexion initiale car le cout de la destruction sera à financer. Participer à la limitation du réchauffement climatique en ayant des actions plus écoresponsables

L’objectif est de faciliter à tous l’accès à cet équipement construit sans superflu mais avec l’indispensable. L’eau de pluie peut ainsi être un usage plus  large pour les bienfaits des jardins, de la diversité du monde végétal  donc des êtres humains. Le cycle de vie des produits est souvent en lien avec celui des hommes et des organisations. Cette empreinte des produits  ne doit pas peser excessivement sur la collectivité. UNPACK® s’inscrit dans cette démarche et en a fait sa mission pour prendre sa part aux ODD. Participer à la limitation du réchauffement climatique en ayant des actions plus écoresponsables est une part de ce que chacun peut faire pour le partager avec le plus grand nombre.

Jardins partagés dans l’Hérault donc 40 nouvelles parcelles attendent leur récupérateur eau de pluie écoresponsable

Cuve d’eau 1000 litres sans le superflu, avec l’indispensable et l’habillage bois esthétique en plus!

Les jardins potagers ou familiaux ainsi que les espaces publics nous habituent à des rencontres insolites. Des emballages industriels sont présents dans le paysage. Par la proximité des jardins urbains et des industries de transformation, des entreprises de récupération et de ré-usages de conteneurs développent une économie. Celle-ci est la base pour répondre au besoin de cuve 1000l « pas cher » à usage de récupération d’eau de pluie . Pour un jardin, une cuve extérieure doit se fondre dans le décor. Alors l’habillage bois est indispensable.

Pour les reconditionneurs des emballages concernés, l’origine garantie pour un contact sain et quasi alimentaire avec l’eau est impossible. Cela conduit les distributeurs professionnels à refuser la vente pour un usage des cuves uniquement lavées. Le coût de la cuve de 1000 litres devient beaucoup plus élevé pour l’usager car elle est remplacée par une poche plastique neuve. Cette contrainte est surmontable pour l’acquéreur, mais il doit alors accepter le coût additionnel du transport pour ce très volumineux emballage. Dans ce cas son jardin est équipé d’un réservoir, mais il restera nu et sans habillage!

Une cuve 1000l esthétique par son habillage bois, c’est possible et facile !

Cuve 1000 litres sur parpaings et son habillage bois

Le besoin d’un réservoir sûr résolu par la cuve de réemploi, elle reste encombrante et lourde. Un problème subsiste, la vue dans un environnement naturel et esthétique est à construire totalement. En effet, si les très nombreux conteneurs industriels restent nus et ainsi visibles de tous, c’est qu’ils peu adaptés. Techniquement ils sont fastidieux à habiller et le cout financier est important. UNPACK® a développé la cuve 1000 litres pas cher et simple comme un conteneur sans le superflu mais avec l’indispensable. La cuve de 1000 litres est imaginée, conçue et fabriquée pour se placer sur 4 parpaings et son habillage bois devient un jeu d’enfant.

L’approche d’écoconception conduit à privilégier des solutions de composants simples et standards avec des matières aux caractéristiques sûres et éprouvées. Ces combinaisons permettent de proposer un produit modulaire qui offre de très nombreuses solutions : une cuve de 1000 l pas cher, simple et esthétique avec son habillage bois. Le pin sylvestre traité classe II est un matériau suffisant. Cependant des habillages plus nobles en épicéa ou acacia peuvent être réalisés de façon toute aussi simple. UNPACK utilise des coupes de bois écoresponsables issues de forets ayant reçues les labels PEFC et FSC.

L’eau est plus rare!

En 2022, des enjeux évidents !

  • L’eau est plus rare
  • Le climat confirme son évolution (rapport du GIEC 2022)
  • L’énergie abondante est devenue un luxe
L'eau est plus rare, mais l'homme peut choisir d'agir avec UNPACK
UNPACK agit face aux conséquences des risques d’évolution du climat

Dans ces situations ou l’eau est plus rare, UNPACK la solution de nos clients.

Ensemble, par la mise en œuvre des cuves de 1000 litres UNPACK, ils valorisent cette année 2022 une eau plus rare soit 5000 m3 .

Ce volume est 3 secondes de débit équivalent du Rhône (1700 m3/s)

Ce volume de 5000 m3, c’est nos produits qui contribuent à récupérer, stocker et réutiliser, très généralement sans énergie de l’eau de pluie plus rare. Une action qui est sobre et de bon sens  sans superflu mais juste indispensable. 

Cependant, cet acte d’achat de conteneur 1000 litres innovant UNPACK est bien plus grand que l’usage de l’eau pour le bon équilibre de la croissance des végétaux au jardin, surtout en période de sécheresse.

Un récupérateur 1000 litres pour une eau plus rare
UNPACK solution durable, économique et sobre

50 tonnes de CO2 économisées avec nos clients

C’est, tout autant, la réduction de 50 tonnes de CO2 dont 90kg pour chaque produit et 25 kg pour son transport (une grande partie grâce à COCOLIS dont nous sommes partenaire ). Ce résultat est le fruit de notre approche basée sur le re-engineering de commodités qui ont plus d’un demi-siècle. La démarche d’innovation qui a prévalu à ce développement est proche du concept « Jugaad ».

 La conclusion c’est 75 % d’amélioration d’empreinte carbone par rapport à tous les produits du marché.

5 fois moins de KWH pour produire

C’est la sobriété assumée en production et cela depuis la conception en 2017 de ce conteneur 1000 litres breveté . Le résultat c’est  une utilisation d’énergie diminuée d’un facteur 5 face à la réalisation d’un conteneur en plastique rigide neuf ou de réusage.  Industriellement,  c’est une économie de cout lié au prix du kWh. Ce sont aussi des investissements plus optimisés et moins chers qui ne produisent pas de la chaleur fatale préjudiciable au climat.

10 fois moins de déchets ultimes

C’est également une boucle vertueuse : L’emballage est ré employable, avec pour une fin de vie des actions simples. Les constituants sont séparables en tant que déchets banaux (Au sens réglementation emballage ce n’est pas un DIEC). L’utilisateur est acteur est valorise sans couts cachés ces matières par tri  ou oriente en décharge publique ou administrée et réglementée .

Sauvegarde de l’eau potable car elle est plus rare

Enfin une autre contribution participe à la collectivité, cette eau ne sera pas extraite d’un réseau  potable. Ce  besoin est fondamental lors des périodes de tension en cas de sécheresse, avec des traitements et de l’énergie pour la pousser vers le robinet… »

Aussi notre engagement à 3 ans sera de vous dire nous allons prendre notre part pour une minute  du débit équivalent du Rhône soit:

100 000 M3 valorisés !

Etre un homme, c’est être responsable. C’est sentir en posant sa pierre, que l’on contribue à bâtir le monde!

Antoine de Saint-Exupéry (Terre des Hommes 1939)

Sécurité et propreté chimique des cuves IBC/GRV de 1000 litres recyclées:

Quels sont vos doutes ou vos craintes au moment du choix?

Quelques questions se posent pour tout futur utilisateur au sujet de la sécurité et de la propreté chimique des cuves IBC/GRV de 1000 litres recyclées. Un système complet de récupération d’eau de pluie avec ce type de réservoir de seconde main est-il sûr ? 

  • La cuve d’occasion lavée et recyclée est-elle chimiquement saine ?
  • L’odeur de détergent dans la cuve est-elle un bon signe de propreté ?
  • Le lavage à haute pression est-il suffisant pour éliminer des polluants ? 
  • Le certificat d’origine du produit précédemment conditionné existe-t-il ?
  • Le plastique utilisé un IBC/GRV en chimie est-il le même que pour l’alimentaire ?
Doute sur la propreté et l'absence de polluants chimiques dans le plastique des cuves 
 IBC/GRV de1000 litres de seconde main
Quelles craintes pour la sécurité et la propreté chimique des cuves IBC/GRV de 1000 litres recyclées?

Autant de légitimes interrogations vu que cet ancien IBC/GRV contient l’eau qui sera utilisée dans un jardin. Eau qui sera assimilée au travers du réseau racinaire des plantes et légumes à destination de l’alimentation humaine.

Quelle propreté pour les cuves IBC/GRV 1000 litres lavées ?

En effet, le plastique en contact avec des anciens produits chimiques conditionnés garde la trace de son histoire. Celle de la fabrication mais aussi une part pas toujours négligeable des molécules du précédent liquide. Alors, ce peut être le cas des conteneurs IBC/GRV de qualité non alimentaire et qui peuvent avoir des porosités de surface. La haute pression du lavage est seulement la garantie pour des futurs usages par des professionnels de l’industrie. Ils ont la compétence pour réaliser des contrôles qualité à réception de leurs achats.

D’autant qu’une récente et documentée étude de l’IPEN publiée par le journal « Le Monde » indique très clairement que le plastique recyclé pose questions.

Des produits tels que le Bisphénol A (perturbateur endocrinien), des stabilisateurs de lumière UV, des retardateurs de feu sont très largement présents. Ils sont à exclure pour un long contact avec l’eau. A ce titre, toutes les sociétés de vente d’emballages reconditionnés de type IBC/GRV s’interdisent de proposer des cuves de réemploi lavées pour le stockage d’eau. C’est pour elles une éthique responsable très respectueuse vis à vis de leurs clients.

Quelle sécurité pour les cuves IBC/GRV 1000 litres recyclées ?

Donc pour un conteneur de réemploi, la cuve neuve en plastique de type PEHD s’impose. La sécurité et la propreté chimique des cuves IBC/GRV de 1000 litres recyclées sont des propriétés fondamentales en vue d’un usage au jardin. Dans ce cas, les industriels qui fabriquent cette cuve, doivent utiliser de la matière d’origine certifiée. Ce niveau de qualité garantit le contact avec l’eau. En effet, l’étude IPEN citée le met en évidence par les résultats des laboratoires. Les lots de plastique recyclés et réutilisés qui sont issus de l’industrie du retraitement des déchets de PEHD sont un véritable cheval de Troie !!!

Les polluants cités plus haut sont présents. Il est important que ces plastiques se valorisent exclusivement vers les produits de type : poubelles, pots de fleurs ou des palettes plastiques. Mais la nécessité du réemploi toujours plus important de matière recyclée s’impose pour le cycle vertueux du recyclage. Les labels issus des réglementations favorisent cette part de mélange avec de la matière première neuve ( rPEHD, rPP, etc.). Mais si et seulement si le taux de polluant est acceptable et contrôlé par un industriel certifié ISO 22000 ou ISO 9001 à minima .

C’est une évidence ces polluants sont bien présents ! Le doute s’installe donc clairement autour de certaines cuves neuves plutôt à bas coût. Elles sont généralement constituées d’une part importante de matière recyclée. C’est d’autant le cas quand la matière vierge d’origine augmente, comme en 2021, et impacte de 50% son prix d’achat !

Quel choix est donc à faire ?

  1. Premiére option, un conteneur IBC/GRV de réemploi avec une cuve neuve ayant un certificat du fabricant qui prouve l’agrément FDA*ou ANSES* de sa matière plastique de fabrication. C’est donc fournir une traçabilité parfaite de l’origine de la matière vierge. La recherche de cette option sur les sites de vente est donc à faire avant l’achat.
  2. Deuxiéme option, un conteneur qui possède par construction un matériau pour le contact de tous les produits alimentaires et donc l’eau. Celui-ci existe, c’est le PELD souple qui est utilisé pour cette propriété pour des poches d’emballages . Nous le connaissons pour les produits de grande consommation dans les surfaces commerciales mais aussi dans les cuves 1000 litres pliables  des industriels de l’agroalimentaire.

UNPACK® le choix de la sécurité pour les cuves d’eau de 1000 litres

Les cuves et conteneurs 1000 litres CIBC/GRV pliables d’UNPACK ont par écoconception la double obligation d’être écoresponsables et alimentaires .

UNPACK® utilise seulement 2.3 kg de plastique face au 15.5 kg d’un ancien IBC/GRV, la partie de réemploi du plastique recyclé est dans la couche externe ; celle-ci est totalement dissociée dans la cuve. En effet c’est un BigBag en Polypropyléne (PP) qui ne sera jamais en contact avec l’eau de remplissage. La couche interne de seulement 1.2 kg de LDPE est une garantie absolue d’hygiène et de propreté. Un certificat FDA* est disponible. Une absence de polluants contenus dans les matières plastiques recyclées est garantie . La matière première de ce matériau est tracée et certifiée depuis nos fabricants européens et chaque conteneur d’UNPACK est identifié.

Poche souple en PEBD dans une cuve UNPACK

UNPACK® place la sécurité comme une priorité afin de garantir ses cuves pour un usage de l’eau au jardin . C’est un impératif de qualité. La cuve 1000 litre d’ UNPACK® simple, pas cher et pliable se doit avant tout d’être très sûre pour le meilleur emploi du jardinier ou d’un utilisateur avisé .

Questionnez-nous sur vos besoins en cuves, nous vous répondrons sous 48 heures .

FDA : Food and Drug Administration, c’est la référence internationale qui est responsable de la protection et de la promotion de la santé publique par le contrôle et la supervision de la sécurité alimentaire, des compléments alimentaires, des médicaments des aliments pour animaux et des produits vétérinaires entre autre.

ANSES: l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail , instance scientifique indépendante, exerce des missions d’évaluation des risques, de référence et de recherche dans les domaines de la santé humaine, animale et végétale.